Burkina : seul une « mobilisation populaire » peut venir à bout de la corruption

La Coordination des comités de défense et d’approfondissement des acquis de l’insurrection populaire (CDAIP) a dénoncé la corruption dans tous les secteurs d’activités ce 11 juillet 2020. Ils annoncent donc une journée de dénonciation de la corruption au sommet de l’Etat en septembre 2020.

Pour elle, la corruption et la gabegie sont le fondement de l’Etat actuel et du mode de gouvernance au point que les dénonciations et arrestations ne pourront rien. « Seules les mobilisations populaires avec pour objectif de changer le système peuvent mettre fin à la corruption d’Etat systémique et endémique », pense le président de la CDAIP, Elie Tarpaga.

« La grave crise multidimensionnelle qui frappe notre peuple est le résultat de la faillite de la gestion néocoloniale de notre pays par les pouvoirs successifs et met en cause l’ensemble de la classe politique qui s’agite pour les élections de novembre 2020. Ils ont et auront toujours le même programme politique », indique la coordination.
La CDAIP est convaincue que les autres prétendants qui tentent de se présenter comme des hommes politiques « neufs » sont en réalité des entrepreneurs politiques à la recherche d’argent et de confort personnel.
Pour la coordination, les élections ne serviront pas grande chose si les forces politiques en course rivalisent déjà du génie de fraudeur et de corruption.

«La crise que traverse notre pays est révolutionnaire et l’alternative ne peut qu’être révolutionnaire »
La coordination appelle donc les populations à se départir des illusions électoralistes et s’orienter vers le changement révolutionnaire.

Nafisiatou Vebama 

Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment