Burkina : » on ne peut pas se permettre de supprimer l’IUTS » (Lassané Kaboré)

Le ministre de l’économie et des finances Lassané Kaboré était face à la presse le 09 janvier 2020 pour parler du budget de l’Etat exercice 2020. Les recettes se chiffrent à 1 894 milliards de francs CFA et sont composées à 87,30 de taxes et d’impôts. Parmi ces impôts il y a celui sur les traitements de salaires désormais étendu au primes et indemnités des agents de la fonction publique et qui fait l’objet de tiraillement entre le gouvernement et les syndicats. Selon le ministre,  » on ne peut pas se permettre de supprimer l’ IUTS « .

« On ne peut pas se permettre de supprimer l’ IUTS » parce que « dans le contexte actuel nous ne pouvons pas nous permettre de perdre des ressources » a expliqué le ministre de l’économie.  » Il faut considérer ce que nous perdons plutôt que ce que nous gagnons » en le supprimant.

Pour Lassané Kaboré, cette mesure vise à permettre à l’Etat d’assurer ses dépenses courantes, parce que les aides budgétaires ne peuvent pas être utilisées pour des dépenses qui ont attrait à la sécurisation du territoire par exemple.

De plus, il s’agit pour lui d’appliquer la loi qui a été votée en 2017 y relatif, d’autant plus cet impôt est déjà prélevé sur les salaires des travailleurs du secteur privé.

Cette décision est rendue applicable par le fait que le seuil de l’exonération sur les indemnités passe de 50 mille à 75 000 pour l’indemnité de logement, de 30 mille à 50 mille pour l’indemnité de fonction et de 20 mille à 30 mille francs CFA pour l’indemnité de transport.

Mais il n’y pas que les salaires, les indemnités et les primes qui seront imposés ou taxés en 2020. Les taxes sur le tabac, les cigarettes, les cigares, et les cigarillos augmenteront.

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment