Burkina : les promoteurs immobiliers ne sont pas des « spolieurs »

Des promoteurs immobiliers, réunis au sein de l’association des promoteurs immobiliers du Burkina veulent assainir le secteur. Ce 17 juillet 2020 au cours d’une conférence de presse, ils ont indiqué pourquoi les prix des terrains au Burkina Faso sont si élevés et relever les difficultés qui minent leur métiers.

D’entrée de jeux « les promoteurs immobiliers ne sont pas là pour spolier les populations » a lancé Roger Nikiema président de l’association.

La crise entre les promoteurs, le ministère de tutelle et le gouvernement existe. Mais cette crise n’implique ni les propriétaires terriens, ni les mairies, ni les conseils municipales municipaux. D’autant plus qu « il n’y a jamais eu de cadre de dialogue entre les promoteurs immobiliers et le ministère et les directions techniques de nos différents ministères qui encadrent la promotion immobilière » ajoute M.Nikiema.

Ce dernier pointe aussi du doigt « la lenteur dans le traitement des dossiers au niveau des ministères ». Dans le projet construction des logements sociaux, une partie des promoteurs, selon M. Nikema, se « cherche » et certains ont même du vendre les parcelles parce que le paiement de l’Etat est lent.

Il y a aussi l’arrêt de certains chantiers ordonné par le ministère de tutelle dont « seul le ministère » détient les motifs.

Et selon l’association, le prix des parcelles est élevé au Burkina non seulement à cause des charges financières imposées aux promoteurs mais aussi aussi cause de la lenteur coûteuse dans les traitements de dossiers.

Par rapport aux problèmes des habitats spontanés, l’association affirme avoir des « solutions » . Mais là encore les conditions édictées par le ministère ne permettent pas d’agir en conséquence.

Jordan MEDA

INFOWAKAT.NET

Related posts

Leave a Comment