Burkina: Le rapport du PNDES révèle un déficit budgétaire de 3%

Les travaux de la session du Comité national de pilotage du Plan national du développement économique et social ont commencé ce 03 juillet 2020. Il est question au cours de ses travaux de faire le bilan de la mise en œuvre du PNDS en 2019 et les perspectives pour l’année 2020-2021. Le rapport donne un bilan satisfaisant quoiqu’il y ait toujours certains défis à relever. « Malgré les défis sécuritaire et difficultés liées au déplacement interne de nos populations du Burkina Faso, nous avons pu respecter le déficit budgétaire qui s’est situé autour de 3%, respectant la norme communautaire de l’UEMOA. En 2018, ce ratio était de 4,9% », note le ministre de l’économie des finances et du développement, Lassané KABORE.

Plusieurs sont les acquis qui ont été engrangés de la mise en œuvre du PNDES courant 2019 dans divers domaines.
Sur le plan de l’économie, on relève un taux de croissance de 5,7 % en 2019 « lorsqu’on regarde les conditions de notre pays, on se rend compte que l’économie est restée résilientes », fait remarqué Lassané KABORE.

En matière de défense et de sécurité, on a, la poursuite des reformes des capacités opérationnelles et organisationnelles des forces de défense, le renforcement du personnel des Forces de défense et de sécurité.
Dans le secteur des infrastructures, certaines infrastructures routières ont été réalisées et d’autres sont en chantier.

Le ministre de l’économie des finances et du développement indique que les défis ne manquent pas. « Le premier défi c’est de consolider la réalisation sur un certain nombre de secteurs comme les infrastructures moderne. Le renforcement du capital humain demeure un défi à relever».

Le défi qui se présente au secteur de la défense reste la stabilisation des zones confrontées au terrorisme, le renforcement des capacités opérationnelles, le renseignement, la lutte contre les stigmatisations de certaines communautés.

Le rapport a montré que dans les secteurs de l’éducation, de la bonne gouvernance, il y a des insuffisances.

Le défi de la sécurité aussi demeure, «cela a handicapé un certain nombre de travaux, Nous devons donc travailler à la consolidation et cohésion sociale », affirme Lassané KABORE.

Le ministre de l’économie des finances et du développement assure que toutes les insuffisances relevées seront prises en compte, nous allons prendre acte de ses insuffisances et travailler à améliorer et prendre cela dans le cadre de l’élaboration du prochain référentiel », dit-il.

Le rapport révèle aussi que des efforts doivent être faits pour que la consolidation de la démocratie soit une réalité. « Nous sommes dans un apprentissage de démocratie et cela est bon que nous puissions mettre l’accent sur la bonne gouvernance de l’ensemble », déclare Lassané Kaboré.

Nafisiatou VEBAMA

Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment