Burkina : La réconciliation nationale « n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite », pense Achille Tapsoba

Les députés du groupe parlementaire du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) tiennent, les 22 et 23 septembre 2021 à Kombissiri, dans la région du Centre-sud, leurs premières journées de l’année 2021 et de la VIIIème Législature.

« La réconciliation nationale pour un Burkina de paix et de cohésion sociale » est le thème retenu par le groupe parlementaire de l’ex-parti au pouvoir. Pour mieux appréhender le sujet sur tous ses angles, les députés auront droit à deux communications sur « rôle et contribution de l’opposition à la recherche de la réconciliation nationale » et « les conditions d’une vraie réconciliation nationale : perspectives et étapes nécessaires », respectivement développées par l’ancien Président de l’Assemblée nationale, Mélégué Traoré et le journaliste Lookman Sawadogo.

La démarche de réconciliation nationale semble double, à savoir permettre aux victimes de s’exprimer publiquement et inviter les auteurs d’exactions à reconnaître leurs actes.

« Démarche collective forcément douloureuse, la réconciliation nationale a connu un de ses exemples les plus aboutis dans l’Afrique du Sud de la transition démocratique, soutenue par le président Nelson Mandela et le vice-président Frédéric De Klerk. Elle n’est pas impossible chez nous, pourvu que la volonté politique s’y invite », pense le président du groupe parlementaire CDP, Achille Tapsoba.

C’est également dans cette perception de nécessité d’aller à la réconciliation nationale, que les présidents et représentants des autres groupes parlementaires invités à la cérémonie d’ouverture ont livré leur discours.

« Nous devons nous réconcilier, parce que l’effritement du tissu social est une réalité », peut-on citer, au passage, le représentant du groupe parlementaire MPP, parti au pouvoir.

Pour rappel, la VIIIème Législature se compose du groupe parlementaire CDP, le groupe Paix Justice et Réconciliation nationale (PJRN), le groupe parlementaire du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), celui du Nouveau temps pour la démocratie (NTD) et le groupe parlementaire Rassemblement pour la démocratie et la justice (RDJ).

Sur l’ensemble, seuls les deux premiers (CDP et PJRN) constituent l’opposition parlementaire.

Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment