Burkina : La construction de postes de péage de dernière génération lancée à Bobo-Dioulasso

Le Premier Ministre Marie Joseph Christophe Dabiré a procédé au lancement des travaux de construction de trois postes de péages modernes à Kotédougou le mardi 29 septembre 2020. Le poste de péage situé sur la Route nationale Bobo-Ouaga comportera 9 voies avec des équipements de dernière génération. C’est un projet réalisé sous la Maitrise d’ouvrage déléguée de l’Agence des travaux d’infrastructures (AGETIB) et financé à plus de 14 milliards par le Fonds spécial routier du Burkina (FSR-B).

Un poste de péage de dernière génération répondant aux standards internationaux, c’est l’infrastructure qui sortira de terre d’ici 20 mois à Kotédougou, village situé à 22 kilomètres de la ville de Bobo-Dioulasso sur la Route nationale Bobo-Ouagadougou.

Selon le Premier Ministre Christophe Joseph Marié Dabiré, le démarrage des travaux de ce  projet financé à hauteur de 14  902 757 006 francs CFA par le Fonds spécial routier du Burkina (FSR-B) marque également le lancement  de projets de constructions d’infrastructures similaires, dont l’une à Boudtenga sur la route Ouaga- Fada et l’autre à Tintilou sur la route Ouaga-Bobo afin de doter notre système routier des postes de péage les plus modernes de l’Afrique de l’Ouest.

Les travaux sont effectués par des entreprises nationales (Globex construction, Groupement électro Burkina INC/COGEA international, GESER et le groupement CAEM-BECOTEX) sous la maitrise d’ouvrage déléguée de l’Agence des travaux d’infrastructure du Burkina (AGETIB).

Accroitre les recettes

A travers la réalisation de cette infrastructure automatique, le PCA du FSR-B Franc Tapsoba prévoit l’exploitation optimale du réseau routier.

 « Ce poste de péage va permettre de tripler les recettes. Le fonds routier a enregistré des recettes de plus de 7 milliards de F CFA en 2019 contre des recettes de 6 milliards en 2019. Mais la potentialité réelle de notre réseau est de 60 milliards », présente-t-il.

Un investissement productif

Le Ministre des transports et de la sécurité routière Vincent Dabilgou se réjouit de la qualité du modèle de péage choisi. Un modèle qui dira-t-il permettra de faciliter le paiement des taxes routières qui constituent une rotation. « A chaque fois qu’on investit 1% du PIB dans une infrastructure routière, elle génère 0,5%  de recettes pour le PIB. Alors, plus on investit dans les infrastructures, plus on lutte contre la pauvreté », conclut le représentant des bénéficiaires. 

Composition technique des travaux

Le poste de péage de Kotédougou sera doté de 9 voies construites en couche de fondation de 20 cm en graveleux latéritique, une couche de base en sol-ciment de 20 cm d’épaisseur pour les chaussées des voies Poids-lourds, une couche de base en litho stabilisation de 20 cm d’épaisseur et un revêtement de 5 cm de béton bitumineux pour les Voies légères.

Aux dires du Ministre des infrastructures Eric  W Bougouma, rien n’a été laissé au hasard dans la conception de ce projet. « C’est sur la base des données statistiques du  FSR-B que sept postes de péages prioritaires ont été identifiés dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) », explique-t-il.

Ce même plan, dira-t-il, enregistre à nos jours un nombre de 33 lancements de réalisation d’infrastructures routières sur le territoire national. Le Ministre des infrastructures a rassuré que l’automatisation des postes de péages ne conduira pas à la réduction des emplois.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Related posts

Leave a Comment