Burkina/IUTS : « A force de se tirailler on finit par briser la calebasse » (Ablassé Ouédraogo)

Le parti le Faso Autrement lance un appel au président du Faso et à son gouvernement au sujet de l’IUTS.
Dans ce appel, il invite le gouvernement à avoir une négociation apaisée et responsable avec les travailleurs et a initier un dialogue immédiat avec les travailleurs pour qu’ensemble trouver des solutions pertinente pour le maintien de la paix sociale au sein du pays.


Nos ancêtres ont coutume de dire que « TAAK TOUM TAAK YA WAMPESSE ». Dans un français facile, cet adage peut se traduire par « A FORCE DE SE TIRAILLER, ON FINIT PAR BRISER LA CALEBASSE ».

L’histoire est construite de faits têtus et malheureusement les êtres humains et surtout les décideurs du moment s’inspirent difficilement des expériences vécues par leurs semblables. L’on a tendance à répéter les mêmes erreurs, avant de se mordre les doigts et regretter amèrement quand il est trop tard.

La mise en œuvre de la loi des Finances 2020 et son volet sur l’IUTS constitue un exemple type de l‘entêtement du pouvoir actuel à refuser d’aller, contre vents et marées, dans la dynamique de la satisfaction des aspirations de la population burkinabè, et tout particulièrement de ses segments des secteurs public, para public et privé.

Même si le Président par intérim du parti au pouvoir, le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) estime que, le gouvernement  rétablit ainsi une justice sociale par une juste répartition de la fiscalité sur les primes et indemnités servies à tous les travailleurs des secteurs public, para public et privé, il est clair que la situation de crise multidimensionnelle jamais égalée que nous vivons au Burkina Faso sous le régime MPP, ne saurait être favorable pour poser un tel acte, tant la pauvreté économique que vivent les populations est devenue insupportable et intenable. C’est une réalité qui confirme que le pays va mal et même très mal.

Cette situation, volatile et dangereuse, dans laquelle l’application de l’IUTS, cet impôt, qui s’ajoute à d’autres taxes et impôts déjà en application, et qui fâche les travailleurs, pourrait conduire très vite notre pays dans l’impasse.

Le Burkina Faso, déjà confronté à de nombreuses difficultés au nombre desquelles, l’insécurité en recrudescence, la pauvreté économique, le manque d’autorité de l’Etat, l’incivisme, la corruption et j’en passe, vit une crise humanitaire croissante se traduisant par l’enregistrement de près d’un million de personnes déplacées internes et de  plus de deux millions de personnes dans l’urgence humanitaire, qui ont besoin de solidarité, de fraternité et d’assistance de la part de leurs frères et sœurs agents salariés des secteurs public, para-public et privé.  Malheureusement, ceux-ci étouffent déjà sous le poids des taxes et des impôts et des effets de la hausse du coût de la vie.

C’est compte-tenu de ce contexte dangereux et inquiétant, que le Parti Le Faso Autrement lance un appel à Son Excellence Monsieur le Président Roch Marc Christian KABORE et son gouvernement, à revoir leur copie et immédiatement reprendre langue avec les travailleurs pour une négociation apaisée et responsable, tant le moment est mal choisi pour étendre l’application l’IUTS aux indemnités et primes des agents du public.

Cette décision du gouvernement relative à l’extension de l’IUTS, est certainement inopportune et l’entêtement à poursuivre dans cette voie visiblement sans une issue heureuse, pourrait conduire inexorablement le Burkina Faso dans une situation sociale dont les conséquences seront indubitablement fâcheuses et déplorables pour tous. 

Dans l’histoire de la Haute Volta et du Burkina Faso, les régimes comme ceux de Maurice YAMEOGO, Sangoulé LAMIZANA, Thomas SANKARA et Blaise COMPAORE ont vécu des contextes similaires, et ont vite et bien appris, chacun à ses dépens, que l’entêtement est une erreur toujours fatale quel que soit son objet.

De ce qui précède, il est raisonnable, dans l’intérêt général, d’initier immédiatement un dialogue entre le gouvernement et les travailleurs afin de trouver une solution pertinente et supportable pour maintenir la paix sociale dans notre pays déjà confronté aux affres du terrorisme.

C’est la seule issue viable pour sauver le Burkina Faso du péril qu’il court.

« Rien n’arrête une idée arrivée à son heure ».

Ouagadougou, le 01 mars 2020

Related posts

Leave a Comment