Burkina Faso : « Nous avons failli », regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

Le Cinéaste Rasmané Ouédraogo a été appelé à la barre du tribunal militaire de Ouagadougou, en qualité de témoin du coup d’État de septembre 2015.

A la question de savoir s’il a un lien de parenté avec l’un des accusés, celui qu’on surnomme « Raso » ou « Ladji » a confié être l’oncle de la fille aînée du Général Djibrill Bassolé. « Sa mère est de mon village. Nous sommes parentés mais ne sommes ni du même père ni de la même mère ».

Consultés par le président du Tribunal, le parquet, les avocats des parties civiles et de la défense n’ont trouvé aucun inconvénient à ce que Rasmané Ouédraogo dépose.

Résident à la cité An III, à Ouagadougou, Rasmané Ouédraogo a filmé des éléments de l’ex-RSP en train passer à tabac des civils avec des ceinturons et des cordelettes, près de son domicile. « Ils les frappaient avec la main gauche, puis la main droite. Dans tous les sens. C’est comme s’ils étaient fatigués de les frapper », se souvient le Comédien.

Après avoir balancé la vidéo sur Facebook, le cinéaste sera contacté par la chaîne de télévision France 24. Vu qu’il n’en connaissait pas les implications juridiques, il demanda conseil à sa fille aînée, qui se trouve être juriste à Paris. Elle lui suggéra de démultiplier l’élément. Même conseil donné par la chaîne française et des proches de Ciné droit libre.

Le témoin a confié au Tribunal qu’il recevait des appels de personnes qui raccrochaient aussitôt après qu’il eut décroché son téléphone ou qui lui demandaient si c’était lui qui avait diffusé la vidéo.

« Désormais tout se sait, tout se voit. Les nouvelles technologies sont là pour ça. Quand on pose un acte, soyons sûr qu’on sera rattrapé », a déclaré le temoin avant d’exprimer énergiquement son opposition contre ceux qui « utilisent le matériel du peuple pour le matraquer ».

Rasmané Ouédraogo a également accusé sa génération pour avoir échoué. « Nous avons failli et nous devons travailler à nous racheter. Je me condamne et me donne une bouée de sauvetage. Je suis mal à l’aise car je suis des deux côtés : j’ai des amis parmi les blessés et les familles des victimes mais aussi parmi les accusés ».

Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment