Burkina Faso : Le Centre pour la lutte antitabac en Afrique (CLATA) échange avec les acteurs nationaux pour une intervention plus efficace

Les 22 et 23 janvier 2020 se tient à Ouagadougou, un atelier d’échanges entre le Centre pour la lutte antitabac en Afrique (CLATA) et les acteurs de la lutte antitabac au Burkina Faso. Cette rencontre est l’occasion entre autres de présenter une subvention que le CLATA a obtenue pour la lutte contre le tabac et d’identifier les priorités nationales à prendre en compte au regard des domaines d’intervention de la subvention.

Le tabagisme constitue un véritable problème de santé publique, en témoigne les chiffres de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), qui estime qu’au niveau mondial, le tabagisme est à l’origine de 71% des cancers de poumon, de 42% des maladies respiratoires chroniques et de près de 10% des décès dus aux maladies cardiovasculaires.

Outre ce problème de santé, le tabagisme exacerbe également la pauvreté dans les pays africains à cause des dépenses de santé consacrées aux maladies liées au tabac et à la baisse de la productivité des ménages due à la mortalité et la morbidité liées au tabac.

Et à en croire le secrétaire général du ministère de la Santé, Dr Landaogo Wilfrid Ouédraogo, selon les résultats de l’enquête STEP réalisée en 2013, la prévalence du tabagisme au Burkina Faso est de 19,8% chez les personnes âgées de 25 à 64 ans et 17% des jeunes de 25 à 34 ans sont des fumeurs. En Afrique, la prévalence du tabagisme chez les jeunes est en moyenne de 27,5%.

Pour freiner donc la progression du tabagisme sur le continent, des interventions spécifiques à chaque pays sont nécessaires. Le Centre pour la lutte antitabac en Afrique (CLATA), qui a reçu une subvention phase III couvrant la période 2019-2022, travaille dans ce sens à travers un appui aux différents pays. Cette subvention reçue de la Fondation Bill et Melinda Gates vise à permettre aux Etats africains d’intégrer la lutte antitabac dans leurs programmes de développement.

La subvention phase III a aussi pour objectif de stimuler le financement national, de renforcer les ressources humaines et d’aider le CLATA à gérer des initiatives de renforcement des capacités en matière de lutte antitabac sur le continent.
Et c’est pour mieux informer les acteurs de la lutte antitabac du Burkina Faso et recueillir leurs suggestions pour une intervention plus efficace, qu’une mission du CLATA séjourne actuellement au Burkina Faso.

L’atelier d’échanges entre le CLATA et les acteurs de lutte antitabac au Burkina Faso, ouvert ce mercredi 22 janvier 2020, se tient donc en marge de cette mission. Ce sera le lieu de faire le point sur l’épidémie du tabac en Afrique et dans le monde, de présenter le CLATA, ainsi que le contenu de la subvention, d’identifier les priorités nationales à prendre en compte dans le plan triennal au regard des domaines d’intervention de la subvention et de discuter de l’évaluation de base dans la perspective de cerner la situation de base du tabagisme au Burkina Faso.

« Le Burkina Faso accueille positivement cette subvention, s’engage à la mettre en œuvre rigoureusement et nous vous remercions pour la confiance faite à notre pays », a indiqué le secrétaire général du ministère de la Santé à la mission du CLATA.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment