Burkina Faso : Huit villes en quarantaine, l’état d’alerte sanitaire déclaré !

Une autre étape vient d’être franchie dans la riposte contre le Covid 19 au Burkina Faso. Alors que le pays compte désormais 152 cas dont 10 guérisons et 7 décès, le gouvernement a décidé de mettre toutes les huit villes touchées en quarantaine dès ce 27 mars 2020 et ce, pour deux semaines. L’état d’alerte sanitaire est déclaré. L’annonce a été faite ce 26 mars 2020 au cours d’une conférence de presse.

A partir du 27 mars 2020 à 5h, Ouagadougou (127 cas), Bobo dioulasso (10), Boromo (6), Dédougou (2), Houndé (3), Banfora (1), Manga (1), Zorgho (2) seront en quarantaine. Il s’agit là, de la dernière mesure prise par le gouvernement au cours du conseil des ministres tenu ce 26 mars 2020 par visioconférence. Dans les prochains jours, toute autre ville qui connaitra un cas déclaré sera immédiatement mise en quarantaine.

L’objectif est de couper la chaine de transmission du Covid 19. « Personne ne rentre, ni ne sort des villes qui sont concernées. Personne ne rentre ni par cheval, ni par véhicule, ni par vélo. Personne ne rentre, personne ne sort », a expliqué le ministre de la communication Remis Fulgance Dandjinou qui a ajouté que l’état d’alerte sanitaire est déclaré.

« A l’intérieur, nous demandons de réduire les déplacements, c’est ce qui fera la différence. Réduisons nos déplacements, restons à l’intérieur de nos maisons le plus possibles en respectant les règles qui ont été prescrites. Les Forces de défense et de sécurité ont été invitées à faire appliquer de manière ferme cette mesure. C’est nous qui apportons la maladie dans les autres localités, dans nos déplacements. Les foyers sont partis de Ouaga et Houndé et ils sont en train d’essaimer à l’intérieur du pays. Il faut arrêter cela », a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

En attendant, les nouvelles contaminations se poursuivent. Selon le Pr Martial Ouédraogo, coordonnateur national de la réponse à l’épidémie de Covid 19, à la date du 25 mars 2020, le Burkina a enregistré 6 nouveaux cas ce qui porte le nombre à 152 cas (52 femmes et 100 hommes). Un nouveau foyer est apparu à Zorgho avec 2 cas.

Trois nouveaux décès ont été enregistrés, portant le nombre à 7 depuis le début de l’épidémie. Il s’agit d’un homme de 59 ans souffrant déjà d’hypertension artérielle, d’une femme de 75 ans ayant pour antécédent une hypertension artérielle et un diabète et un homme de 50 ans de nationalité philippine qui souffrait de diabète.

Par contre, 10 personnes ont été totalement guéries à la date de 25 mars. Les trois derniers guéris sont deux femmes de 26 et 23 ans et un homme de 36 ans. Ce qui fait dire au Pr Ouédraogo que « Le Covid est moins létal chez les personnes jeunes ». Mais il précise, « je ne dis pas que les moins jeunes ne doivent pas faire attention. Il y a eu le décès d’un homme de 33 ans, quand bien même les décès sont au-dessus la cinquantaine ».

Respecter les consignes et éviter la psychose

Le Pr Martial Ouédraogo a révélé qu’à ce jour, 356 tests ont été faits pour 152 résultats positifs. Rien que pour la journée du 24 mars, 81 échantillons ont été testés pour 35 positifs. « Il y a un abus de sollicitations lié à la psychose », a regretté le Pr qui a demandé aux citoyens de ne pas céder à la panique.

Rien ne sert de prendre des mesures si elles ne sont pas respectées, ont insisté les conférenciers. Si les consignes ne sont pas respectés, la maladie peut continuer à évoluer et une fois les mesures levées, le virus pourrait se propager.

Il le faut car de l’avis du coordonnateur national de la réponse à l’épidémie de Covid 19, les chiffres pourraient grossir les jours à venir il faut s’attendre à plus de personnes infectées « Une personne peut contaminer trois personnes. Si initialement vous avez 100, vous risquez d’avoir 300 », prévient-il.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment