Burkina Faso: dans la province de la Comoé, des villages se vident en raison de l’insécurité

Huit villages de la commune de Mangodara, dans la province de la Comoé, au sud-ouest du pays, à la frontière avec la Côte d’Ivoire, ont été désertés par leur population. Depuis environ une semaine des milliers de familles partent trouver refuge à Mangodara, chef-lieu de la commune ou bien de l’autre côté de la frontière. Elles fuient l’insécurité.

« En une semaine, près de 2 000 personnes sont arrivées à Mangodara », explique un notable de la ville. La plupart sont accueillies par des familles. D’autres sont hébergées dans une école. Mais selon une autorité locale, la capacité d’accueil de l’établissement est déjà saturée. « À Mangodara, nous sommes environ 10 000 habitants. Ce n’est pas facile d’accueillir tout ce monde, mais c’est la solidarité qui prévaut », poursuit le notable.

Les habitants des villages alentour fuient les violences qui se sont intensifiées depuis une dizaine de jours. Le vendredi 3 septembre, des individus armés sont entrés dans la localité de Sirakoro pour enlever un homme accusé d’être un « informateur » des autorités.

Dans la nuit du 9 au 10 septembre, à Noumoukiédougou, un volontaire pour la défense de la patrie est assassiné et sa mère blessée. « On croise des hommes armés, parfois ils prêchent dans les villages. On sait que c’est comme ça que ça a commencé dans le nord et l’est du pays », explique un habitant de la région. … suite de l’article sur RFI

Related posts

Leave a Comment