Burkina Faso : Ce que l’on sait de l’information sur la mort de Djafar Dicko, le chef de Ansaroul islam

Le chef de Ansaroul Islam, la branche Burkinabè de JNIM, Djafar Dicko serait mort dans un raid le 1er octobre dernier après l’attaque de Boulikéssi au Mali, nous révèle le journal en ligne Nordsudjournal.com . Depuis ces frappes sur sa voiture, aucun signe de vie de Djafar et de son garde du corps, Oumarou Bolly.

Le 1er octobre dernier, dans l’après-midi, un hélicoptère de combat a procédé à un raid sur une voiture et une colonne des mots des djihadistes qui vraisemblablement revenaient de l’attaque de Boulikéssi au Mali et se dirigeaient vers le Burkina Faso voisin.

« Le raid a eu lieu vers 17h, à environs 15km du village du village de Mougnoukana, dans la zone de Seenomango », dit un habitant de cette région. Qui ajoute : « les frappes de l’hélicoptère ciblaient un pick-up dans lequel se trouvaient djafar Dicko, le chef de Ansaroul Islam et Oumarou Bolly, son garde du corps ».

Selon notre source, les deux hommes sont morts dans ce raid ainsi que 11 autres djihadistes qui se trouvaient sur des motos. Djafar Dicko, le chef de Ansaroul Islam est –il vraiment mort dans ce raid ? Une chose est sûre, depuis ce raid, le chef djihadiste de la branche de Jama’a Nusrat ul-Islam wa al-Muslimin (JNIM) du Burkina Faso n’a plus été vu.

Dans un communiqué, l’État-major conjoint de la force du G5 Sahel indique Ansaroul Islam comme le principal groupe qui a attaqué le camp de la force du G5 Sahel, le 30 septembre dernier à Boulikéssi. Cetta attaque a fait au moins 41 morts dans le rang des soldats maliens sous commandement de la force conjointe du G5 Sahel.

Source: Nordsudjournal.com

Related posts

Leave a Comment