Burkina Faso : 796 détenus bénéficient d’une grâce présidentielle

L’hebdomadaire conseil des ministres s’est tenu ce mercredi 24 mars 2021 sous la présidence du chef de l’Etat, Roch Kaboré. Plusieurs projets de décrets ont été adoptés au cours de ce conseil.

Au cours de ce rendez-vous hebdomadaire de l’exécutif, un rapport relatif à un décret portant la remise de peine a été adopté, conformément à l’article 54 de la Constitution. Ainsi, 796 détenus bénéficient de ce droit de grâce. « Parmi ces 796 détenus, 280 condamnés qui ont purgé la moitié de leur peine bénéficient d’une remise totale des reliquats de leur peine. Cela veut dire qu’ils sont libres. Et 516 détenus bénéficient d’une remise partielle de peine allant de trois à douze mois », a précisé le porte-parole du gouvernement.

Pour ces détenus, le ministre Ousséni Tamboura a tenu à rassurer que les personnes condamnées dans le cadre du dossier du putsch de septembre 2015 ne sont pas concernées. « Cette liste sera disponible sur le compte rendu exhaustif du conseil des ministres », a-t-il déclaré.

Des statuts particuliers des différents métiers de la Fonction publique

Au titre du ministère de la Fonction publique, au travers de la Protection sociale, plusieurs décrets ont été adoptés. Il s’agit de décrets d’organisation de la réforme de la Fonction publique. Parmi ces décrets, huit sont relatifs à des statuts particuliers des différents métiers de la Fonction publique, en application à la loi 081 du 24 novembre 2015.

Il s’agit des métiers suivants : promotion et protection des droits humains ; gouvernance administrative ; métiers structurants ; infrastructures ; mines et énergie ; administration et économie financière ; eau, agriculture et environnement ; et santé animale et humaine. « Dans ces métiers, il est créé des familles d’emploi bien énumérées. Chaque emploi voit ses attributions définies, les conditions d’accès à l’emploi sont précisées et la classification catégorielle est définie », a indiqué le ministre Ousséni Tamboura.

La hausse des prix des hydrocarbures

Depuis le mardi 23 mars 2021, le Burkina Faso connaît une hausse de 10 francs CFA sur le carburant et 500 francs CFA sur les bouteilles de 12,5 kg de gaz butane. « Aucun gouvernement n’est heureux d’augmenter les prix qui se ressentent dans le panier des citoyens », a fait savoir le ministre de la Communication, tout en revenant sur les raisons qui ont occasionné cette hausse des prix. Il s’agit de la situation du marché international qui impose ces réajustements. Toutefois, il promet que le gouvernement aura des concertations avec des acteurs de la chaine « afin qu’on sente moins dans nos quotidiens ces augmentations ».

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment