Burkina/Education : « Nous voudrions informer le chef de l’Etat que la stigmatisation ne concerne pas seulement les groupes ethniques » (B. Bazié)

Une coalition de syndicats composée de quarante syndicats a organisé une conférence du presse ce 08 juin 2020 pour livrer leur lecture sur la situation nationale notamment au niveau de l’éducation, de la santé et sécuritaire.

<<Nous voudrions informer le chef de l’Etat que la stigmatisation ne concerne pas seulement les groupes ethniques , mais peut porter aussi sur des corps sociaux comme les syndicats qui parlent au nom de centaines de milliers de membres et de la population >>, indique Bassolma Bazié, le porte parole de la coalition.

Parlant de l’éducation, la coalition note que le gouvernement a choisi de se taire sur les préoccupations des enseignants qui concerne la suspension de salaires de certains enseignants.

La coalition estime que la reprise des cours va impacter négativement les résultats des élèves. La non reprise chez les classes intermédiaires va compromettre la suite des études de nombreux élèves qui passent en classe supérieure sans acquérir le niveau requis.

Dans le domaine de la lutte contre le Covid-19, la coalition dénonce leur non implication dans l’adoption des différents plans et mesures. << Nos organisations ne peuvent être réduites à recevoir des informations sur des mesures incomplètes et qui ont un impact néfaste sur le monde du travail>>, indique Bassolma Bazié. Il ajoute que jusqu’à ce jours aucun point à mis parcours sur la somme mobilisée et les dépenses exécutées de la gestion du plan de riposte qui est à environ 171 milliards n’a été fait.

Face à toutes ces difficultés dénoncées, les syndicats membres de la coalition, exigent du gouvernement à examiner la plateforme de la coalition. Elle exige la levée sans délai des sanctions arbitraires contre les travailleurs à savoir la révocation des travailleurs des impôts et la restitution des salaires.

La coalition précise que malgré les actions menées depuis sa création et les correspondances adressées aux plus hautes autorités, elle n’a été invite à une quelconque rencontre, ni reçu de réponse.

Nafisiatou Vebama
Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment