Burkina : 676 000 personnes ont besoin d’une aide alimentaire entre juin et août 2019, selon la FAO

Selon le Système mondial d’information et d’alerte rapide (SMIAR) de l’Organisation des nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), 41 pays à travers le monde ont besoin d’une aide extérieure pour couvrir leurs besoins alimentaires. Au nombre de ces pays, 31 sont de l’Afrique subsaharienne. Le Burkina Faso occupe la 13e position des pays africains qui ont besoin d’aide alimentaire dans le classement du mois de mars 2019.

Ces 41 pays classés souffrent d’un manque de disponibilités vivrières et d’un accès limité à la nourriture. Ce classement est un exercice auquel s’adonne la FAO quatre fois par an, pour situer la disponibilité de la nourriture par pays. Dans ce classement, on dénombre huit pays asiatiques et deux pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

Les pays d’Europe, d’Asie et d’Afrique du Nord sur la bonne voie

A la tête du peloton des pays ayant besoin d’une aide alimentaire, on retrouve la République centrafricaine. Selon la FAO, les estimations font état d’environ 1,9 million de personnes, soit 31% de la population totale, qui ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence. Ce classement se justifie par l’insécurité généralisée dans ce pays, combinée à plusieurs années consécutives de baisse de la production agricole et au mauvais fonctionnement des marchés. Parmi les pays qui ont le plus besoin d’aide alimentaire, on retrouve aussi le Soudan. Dans ce pays, les conflits et l’insécurité ont entraîné une flambée des prix des denrées alimentaires. Le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire grave entre janvier et mars 2019 est estimé à 5,76 millions.

Le Burkina Faso occupe la 13e place dans le classement des pays africains en situation d’insécurité alimentaire. Selon les analyses de la FAO, le nombre de personnes ayant besoin d’une aide alimentaire devrait atteindre 676 000 entre juin et août 2019, essentiellement en raison des déficits de production à certains endroits. Parmi ces personnes vulnérables, on compte environ 25 000 réfugiés et 40 000 personnes déplacées internes.

Les tensions intercommunautaires pointées du doigt

Dans tous les pays ayant besoin d’une aide alimentaire, le constat a révélé que ce sont les affrontements violents et les tensions intercommunautaires qui ont de graves répercussions sur la sécurité alimentaire. D’autres pays sont victimes de catastrophes naturelles. Ce sont entre autres le Sénégal, la Sierra Léone, l’Ouganda, le Zimbabwe, la Mozambique, la Mauritanie, Madagascar, le Lesotho, le Kenya, la Guinée, le Swaziland, le Cap Vert, le Malawi, l’Ethiopie, l’Erythrée, Djibouti et le Burundi.

Les conflits internes sont devenus la principale cause des crises alimentaires. La faim touche près d’un habitant sur quatre au Sud du Sahara. Mais la bonne nouvelle c’est que, si tous les Africains travaillent à pacifier leurs pays, la crise alimentaire sera vaincue.

Edouard K. Samboé
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net
Share Tweet

Sh

Related posts

Leave a Comment