Bitumage de la route Dédougou-Solenzo-Koudoungou: sur les traces d’une fausse promesse de campagne du président Roch

Nous ne cesserons de dire que les économistes de formation de notre pays sont des véritables « tigres en papiers ».En effet,on n’a pas besoin de passer par des grandes universités de ce monde avant de comprendre que la province des Banwa regorge énormément des potentialités économiques qui pourraient être amorcées par le bitumage de la voie. »Ces économistes théoriciens n’ont pas bien assimilé que la route du développement passe par le développement de la route ».

C’est dans les Banwa que les régions arides de ce pays se ravitaillent en vivres.Et pour une raison d’égoïsme politique ,cette localité prend toujours son indépendance pendant la saison des pluies dans le pays des échangeurs bourgeois érigés à coût de milliards.

Le bitumage de cet axe est un atout indéniable pour lutter contre l’insécurité alimentaire par la chute des prix des cultures vivrières,maraîchères,de rentes et de cueillette dans les régions du centre,du nord et du Sahel.

Quelques pays voisins comme le Niger,le Mali,la Côte d’Ivoire se ravitaillent en vivres et bien d’autres produits dans les Banwa. Le pouvoir du MPP en est peut-être conscient même s’il faut déplorer une élite égocentrique et régionaliste en son sein qui recentre jalousement tous les projets de développement vers chez eux .La Brave population des Banwa , malgré le manque de barrages et de plaines agricoles s’illustrent positivement dans la production des cultures de contre saison et de cueillette.

Quel gâchis d’ignorer cette réalité! C’est l’une des voies du Burkina Faso qu’on devrait bitumer avant d’aller à Paris pour mendier pitoyablement les financements du PNDES.Tenez- vous bien ! Pendant l’hivernage ,pour une distance de 72 km ,un automobiliste met  5 heures entre Solenzo et Kondoungou tandis que la directe qui relie  Solenzo ,chef -lieu de la province à Dédougou,chef – lieu de la région carrément coupé et isolé du monde.C’est dans les Banwa qu’on rencontre ce véritable parcours de combattant.Souvent,on se pose la question ,est- ce que le président Roch ne croit pas que Blaise Compaoré s’est réfugié dans les Banwa pour que la localité mérite ce mépris?

Cet agenda caché en dit long sur ce manque de volonté politique.Et pourtant,Le président Roch l’a bien dit lors de son entretien avec les forces vives à Dedougou de s’abstenir de parler des routes car lui-même avait touché à la réalité au cours de ses tournées de campagne.Et feu Salif Diallo a été formel et éloquent dans son discours de campagne en martelant à propos de cette même route qu’il s’agissait d’une hérésie politique ,et que son bitumage sera la première activité du président Roch s’il venait d’être lu.Les mêmes propos ont été repris par le président au cours de son passage à Solenzo.Il a répété haut et fort la même chose sur l’esplanade du CELPAC de Nouna qu’il connait la nécessité du bitumage de l’axe Dédougou-Solenzo-Koudoungou et la bretelle Nouna-Sanaba pour avoir y perdu deux voitures de campagne.Certains en ont l’unique camion ,car et Benz qui est endommagé.Ils sont actuellement réduits au chômage à cause de l’état piteux des voies.

Mr le président,combien de voies nationales ont été bitumées depuis votre prise de fonction   si celle de Solenzo était réellement une préoccupation à la première heure de votre mandat ,nous n’en serons pas là.Vous user les Banwalais de supercherie .La parole donnée est un engagement pour un homme digne,dit- on.

Nous vous prévenons de ne pas vous faire aveugler par votre service de propagande politique qui présente un air de suffisance démesurée  contrastant avec la triste réalité sur le terrain.

Vous devrez tenir en compte les propos d’Emile Paré et de Tahirou Barry au lieu de satisfaire un égo qui peut vous coûter très cher.

Si cette promesse n’a pas été tenue aux premiers instants de votre mandat ,nous avons raison de nous inquiéter puisque vous êtes à la 4 ème année,et ce n’est pas évident.On pouvait vous croire encore si vous étiez le grand maître du temps.Ce qui est sûr Solenzo tient toujours à sa route.

Madi KEBRE/Instituteur/ journaliste

Madi KEBRE

netafrique.net

Related posts

Leave a Comment