Banque mondiale – Burkina Faso : Un plan d’investissement agricole climato-intelligent en cours d’élaboration

La Banque mondiale au Burkina Faso a procédé, le lundi 19 août 2019, à l’ouverture de l’atelier de lancement de l’élaboration d’un plan d’investissement sur l’agriculture intelligente face au climat. Pendant trois jours, les participants à l’atelier vont réfléchir sur les facteurs de promotion d’une agriculture qui prend en compte la variabilité et le changement climatique. La cérémonie de lancement des travaux de l’atelier a été présidée par le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Lamourdia Thiombiano, représentant son ministre.

Le représentant résident par intérim de la Banque mondiale, Christophe Rockmore, a déclaré qu’en 2017, sa structure s’était engagée à accompagner le Burkina Faso à actualiser son profil de l’Agriculture intelligente face au climat (Profil pays AIC). Cela a abouti à l’établissement du contexte de l’AIC mais le processus n’avait pas pu être bouclé à cause de l’insuffisance des financements. A la faveur de la Conférence des parties sur le climat qui s’est tenue à Marrakech et avec la naissance de l’initiative Triple A, la Banque mondiale a pu mobiliser, auprès de ses partenaires, des ressources pour accompagner plusieurs pays africains parmi lesquels le Burkina Faso, dans l’élaboration de leur Plan d’investissement agricole climato-sensible.

C’est ce qui justifie la tenue du présent atelier. Selon Christophe Rockmore, le plan vise à développer des projets de développement agricole qui permettront à la fois d’accroître la productivité, la résilience et l’atténuation des effets de la variabilité et du changement climatique. Pendant trois jours donc, les participants vont jeter les bases de la planification prospective pour le secteur rural.

Quant à l’atelier, il ajoute qu’il a pour objectifs de discuter de la méthodologie proposée pour l’élaboration du plan et de dégager la feuille de route pour cette élaboration, jeter les bases techniques des travaux du plan, développer une longue liste d’options d’investissements possibles et enfin identifier une première liste restreinte potentielle pour les analyses économiques et financières approfondies.

Cette façon de faire va dans le sens de la nouvelle approche de la Banque mondiale dans les pays en développement. En effet, l’institution a opté pour une approche participative et orientée vers une prise en compte des besoins réels des populations et des pays bénéficiaires du soutien. Le projet d’élaboration se fera en six mois et devrait permettre, selon Christophe Rockmore, de proposer quelque chose de concret à l’Etat burkinabè et aux partenaires techniques et financiers pour une transition agricole qui prend en compte les variabilités et le changement climatique.

Pour le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Lamourdia Thiombiano, les saisons sont de plus en plus précoces au Burkina Faso, avec des poches de sécheresse. De ce fait, les méthodes classiques dans l’agriculture ne sont plus porteuses. Et pour ce faire, il faut avoir des ressources en termes de technologie, de masse critique et d’information pour prédire et se préparer à affronter les aléas climatiques qui se font de plus en plus ressentir.

Et l’ensemble, ajoute-t-il, doit être couronné par un plan d’investissement qui permettra de mobiliser toutes les ressources nécessaires et de les utiliser de façon optimale. C’est cela l’essence du présent atelier qui va rassembler des experts du domaine pour un travail en synergie permettant de renforcer le dispositif déjà existent, conclut-il.

Pour Christophe Rockmore, la nécessité d’agir avec les moyens adéquats se fait ressentir parce que, selon un récent rapport d’étude de la Banque mondiale, l’aggravation des impacts du changement climatique pourrait faire de 140 millions de personnes, des déplacés internes supplémentaires dans leurs propres pays d’ici 2050, dans les trois principales régions à fort peuplement notamment en Afrique sub-saharienne, en Amérique latine et en Aise du Sud.
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment