Banfora : Le ministère de l’Environnement célèbre la Journée mondiale de l’environnement 2020

Le ministère de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique a commémoré en différé, les 17 et 18 juillet à Banfora, dans la région des Cascades, la Journée mondiale de l’environnement 2020. A cette occasion, le ministre a invité tout un chacun à s’investir pour sauver la biodiversité.

Instituée depuis 1972 par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), la Journée mondiale de l’environnement (JME) s’est imposée au fil des années comme une plateforme mondiale favorisant la sensibilisation du public. Pour l’année 2020, le thème de cette journée mondiale de l’environnement est « Biodiversité », comme pour rappeler que la biodiversité est une source de préoccupation à la fois urgente et existentielle, un appel à l’action pour lutter contre la perte accélérée d’espèces et la dégradation du monde naturel. En effet, les espèces végétales et animales menacées d’extinction sont estimées à un million.

Adama Barry Directeur Général de Wahgnion Gold

Au Burkina, cette journée est célébrée de façon tournante. Pour la présente édition, le thème national est « Tous unis pour la préservation de la biodiversité, source de vie ». La célébration a été placée sous le parrainage d’Adama Barry, directeur général de Wahgnion Gold.

Pour la journée du vendredi 17 juillet, le ministre de l’Environnement, Nestor Batio Bassière, a procédé à une remise de matériel de salubrité et à la réception d’infrastructures au profit de la Direction régionale de l’environnement des Cascades, sans oublier de prendre part à l’opération de salubrité.

Nestor Batio Bassiere ministre de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique

Il a par ailleurs invité tous les acteurs, à savoir les collectivités territoriales, les organisations de la société civile, les partenaires au développement et toute la population, à se mettre en ordre de bataille pour sauver la biodiversité.

Selon le ministre Nestor Batio Bassière, c’est une occasion pour son département d’examiner l’état des lieux de l’environnement du pays, réfléchir aux actions individuelles et collectives à mettre en œuvre pour la préservation de ce patrimoine commun, et s’engager davantage dans la promotion d’un environnement sain pour tous.

Le ministre a rappelé que le gouvernement a adopté, au niveau national, une batterie de mesures sur les plans politique, institutionnel, législatif et réglementaire pour la préservation de la biodiversité et de l’environnement en général. Ainsi, sur le plan régional et international, le pays a ratifié un certain nombre de conventions dans le cadre des Accords multilatéraux en matière d’environnement (AME), dont la finalité est la quête d’un mieux-être environnemental au bénéfice de la population burkinabè. L’application de ces initiatives devrait donc permettre à protéger l’environnement et en particulier la biodiversité.

Cependant, le ministre a déploré qu’au-delà de ces efforts, des difficultés persistent telles que la pression excessive sur les forêts, leur occupation illégale par l’orpaillage et le grand banditisme, l’usage croissant et clandestin de produits chimiques tels le cyanure et le mercure qui causent de sérieux problèmes d’environnement et de santé publique.

Il a salué l’engagement de la société minière Wahgnion Gold Operation SA, qui milite pour la protection de l’environnement.

Aussi, il a invité les uns et les autres au respect des modes de production et de consommation durables, l’exploitation rationnelle des ressources naturelles, le respect des textes en matière d’environnement, la promotion d’un environnement sain, la préservation de la diversité.

Haoua Touré
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment