Auto-examen des seins : comment bien se palper ?

Bien palper ses seins est un geste essentiel que toutes les femmes devraient connaître et pratiquer régulièrement. Mode d’emploi avec le Dr Philippe Mironneau, gynécologue et obstétricien à Dijon.

Pourquoi s’examiner les seins ?

L’auto-palpation des seins permet de détecter des tumeurs visibles et palpables. En réalisant un examen régulier, les femmes détectent ainsi une déformation apparue récemment.

A quelle fréquence ?

L’auto-palpation des seins est à réaliser une fois par mois quelques jours après la fin des règles quand les tissus sont plus souples. Il est recommandé de réaliser cet examen toujours à la même période afin que la comparaison soit pertinente.

Auto-examen des seins chez le gynécologue

« Il faut que les médecins fassent une palpation mammaire lors de tout examen gynécologique« , recommande le Dr Philippe Mironneau, gynécologue, obstétricien à Dijon.

Comment le faire à la maison ? 

auto-examen des seins
Auto-examen des seins © 123RF-matoommi

L’auto-examen des seins débute par une inspection devant un miroir. Il est recommandé de le faire en position assise (ou debout) avec les bras pendant puis levés. L’inspection doit également être réalisé avec les pectoraux contractés et les mains appuyant sur les hanches. Ensuite, l’examen se poursuit allongé avec une main sous la tête pour chercher toute grosseur ou toute induration anormale sous la peau entre le sein et l’aisselle. « Il est important de palper la totalité de la glande mammaire formé par la ligne médio-axillaire, la ligne sous-mammaire, le bord sur le côté du sternum et la clavicule « , détaille le Dr Mironneau. Il faut ensuite exercer des petits mouvements circulaires avec la pulpe des trois doigts du milieu de la main. Trois pressions doivent être réalisées : une première superficielle, une deuxième médiane et une dernière profonde. Enfin, pressez délicatement le mamelon et vérifiez qu’aucun écoulement ne se produit.

Que faut-il rechercher ?

La palpation des seins permet de trouver une déformation des seins, une grosseur, une boule palpable. « L’examen permet de rechercher une masse, dure, indolore, fixée et irrégulière« , décrit le gynécologue. Il est également important de rester attentif à un écoulement du mamelon, une modification de la peau ou des veines.

  • Boule dans le sein : le signe de quoi ?Les femmes consultent souvent en gynécologie car elles ont mal au sein, sentent quelque chose à l’intérieur, palpent une boule. Elles s’inquiètent immédiatement, pensant au pire, c’est-à-dire au cancer du sein. Or il faut savoir que dans 90% des cas, les boules à l’intérieur des seins sont bénignes. Qu’est-ce qu’une grosseur révèle ?
  • Kyste, grosseur : quand faut-il s’inquiéter ?Un kyste est une poche fixée sur (ou dans) un tissu organique ou un organe. Il peut être de taille et de structure variables. Quels sont les symptômes d’un kyste ? Faut-il le retirer ? Qui consulter ? On fait le point avec le Dr Claire Lewandoski.

Auto-examen et dépistage du cancer du sein

Toutes les femmes, même en l’absence de facteurs de risque de cancer du sein, doivent réaliser un examen clinique mammaire tous les ans à partir de 25 ans.

  • Cancer du sein : dépistage, symptômes, prise en chargeLe cancer du sein touche 1 femme sur 8 en France. C’est la première cause de mortalité par cancer chez elle. Une prise en charge précoce permet d’améliorer significativement le pronostic. Rappel de tout ce qu’il faut savoir sur ce cancer à l’occasion d’Octobre Rose.

Quand consulter ?

« Les signes qui doivent pousser à consulter sont la perception d’un nodule, nodule irrégulier ou d’un placard au niveau de la glande mammaire, il faut également consulter lorsqu’il y a un écoulement par le mamelon ou lorsque il existe l’apparition d’une ombilication du mamelon irréductible et d’apparition récente », détaille le gynécologue. Si lors de l’auto-examen vous détectez quelque chose, il recommandé d’en parler rapidement à son médecin ou son gynécologue qui pourra alors procéder à un examen et prescrire des examens complémentaires.

Quels examens ?

« Le médecin ou le gynécologue proposera souvent la réalisation d’une mammographie associée ou non à une échographie mammaire, selon la clinique. L’IRM mammaire étant réservée à des formes particulières et n’étant pas un examen de première intention« , précise le spécialiste.

Merci au Dr Philippe Mironneau, gynécologue et obstétricien à Dijon.

Related posts

Leave a Comment