Augmentation du prix des hydrocarbures : La ligue des consommateurs du Burkina appelle le gouvernement à annuler sa décision

Les responsables de la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB) étaient ce mardi 23 mars 2021 face à la presse. Ils ont dénoncé la mesure gouvernementale portant sur l’augmentation des prix des hydrocarbures et menacé de manifester pour leur baisse.

La mesure est entrée en vigueur ce mardi 23 mars 2021. Le prix du carburant connait une hausse de 10 francs CFA et celui de la bouteille 12,5kg du gaz butane a été augmenté de 10% soit 500 francs CFA.

Comme il fallait s’y attendre, la pilule a du mal à passer chez les consommateurs qui l’ont fait savoir lors d’une rencontre avec les hommes de médias. Pour Dasmané Traoré et ses camarades, les hausses interviennent à un moment où les populations sont déjà éprouvées par la situation économique post-covid-19. « La LCB avait attiré l’attention des autorités sur la flambée des prix observée depuis la sortie du confinement lié à la pandémie du Covid-19. Ces augmentations se sont surtout accentuées durant le premier trimestre de l’année 2021 », a relevé Dasmané Traoré. Il en a voulu pour preuve le niveau record jamais atteint depuis 10 ans du prix du maïs sur le marché. « Si la flambée se poursuit qu’adviendra-t-il pendant la période de soudure ? », s’est interrogé le principal conférencier.

Les responsables de la LCB ont aussi regretté que la mesure ait été prise de façon unilatérale par le gouvernement sans concerter les partenaires sociaux comme la LCB. Tout cela, sans expliquer sa décision.

Des méthodes dans les prochains jours

La situation devient intenable, de l’avis des conférenciers, pour le citoyen burkinabè et il est plus que nécessaire pour le gouvernement de revenir sur sa décision. « Pour les 10 francs sur le carburant, nous pensons que le gouvernement peut consentir des efforts pour soulager les populations pendant cette période de turbulences », a estimé Dasmané Traoré. Malheureusement, ce n’est pas encore le cas et les conférenciers n’excluent pas de recourir à des méthodes fortes pour contraindre le gouvernement à baisser le prix des hydrocarbures.

« Comme les conférences de presse ne suffisent pas pour les dissuader, nous allons recourir aux marches-meetings et au sit-in pour nous faire entendre », a prévenu le président de la LCB.
Mais est-ce que cela suffira pour amener le gouvernement à abandonner sa mesure ? Est-ce que les prochains jours pourraient être troubles ? Nous aurons la réponse à ces questions dans les prochains jours.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment