« Après la justice, nous sommes capables de dire : ‘‘Blaise Compaoré est notre frère’’ » (Pascal Sankara, frère de Thomas Sankara)

Après un long séjour aux Etats-Unis, Pascal Sankara est de retour au bercail depuis quelques semaines. Cet ancien cadre de l’Imprimerie nationale a quitté le Burkina depuis les années 2000, dans un « exil volontaire », pour fuir le « choc psychologique » lié au contexte sociopolitique d’alors. Pourquoi enfin ce retour ? Dans quel état d’esprit se trouve la famille ? Comment envisage-t-elle le pardon et la réconciliation ? Autant de questions auxquelles Pascal Sankara, l’aîné de la fratrie, a répondu sans détours dans cet entretien qu’il nous a accordé au domicile familial, à Paspanga.

Lefaso.net : Vous venez de rentrer d’un long séjour à l’étranger. Peut-on savoir pourquoi vous avez décidé de rentrer maintenant ?

Pascal Sankara : J’ai choisi de revenir au bercail parce qu’il ne faut pas se le cacher, l’atmosphère sociopolitique est beaucoup plus détendue actuellement. Sans rentrer dans les détails, après tout ce qui est arrivé à notre pays après 2014, un vent nouveau a soufflé sur le Burkina, ce qui a permis à nous autres de revenir au pays.

Vous étiez donc en quelque sorte en exil…

C’est un exil volontaire mais pas forcé. Je vous précise qu’après les événements du 15 octobre 1987, des sœurs et frères ont été contraints à l’exil forcé. Moi je suis resté. J’étais un agent de l’Etat, plus précisément à l’Imprimerie nationale où j’étais agent commercial. Vous savez, les tracasseries politiques, ce ne sont pas seulement les menaces, les arrestations arbitraires et autres.

Il y a aussi le choc psychologique. Voilà la raison première qui m’a contraint à partir. Surtout qu’après la soi-disant ouverture démocratique, notre pays avait trouvé un semblant de stabilité, des élections étaient organisées, nous avons cru à un moment donné que l’air était respirable. Mais c’était se mettre le doigt dans l’œil. En 1998, nous avons vu l’assassinat de Norbert Zongo. Il y a même eu d’autres assassinats avant. C’est dire que la machine infernale était toujours en marche.

Pour toutes ces raisons, j’ai été amené à quitter mon pays pour quelques années. La deuxième raison est personnelle. C’est pour des raisons de santé. Car une fois à l’extérieur, j’ai été frappé par un AVC [Accident vasculaire cérébral] qui m’a paralysé le côté gauche. Je suis en train de récupérer actuellement. Voilà les raisons pour lesquelles je suis resté longtemps hors de mon pays.

Etes-vous satisfait de l’avancée du dossier Thomas Sankara, notamment sur le plan judiciaire ?

Il est évident qu’on n’est pas satisfait à 100 %. L’ensemble de la famille et les connaissances auraient souhaité que ce dossier connaisse un aboutissement définitif. Mais tel n’est pas le cas. Mais au rythme où il évolue actuellement, nous avons des motifs de satisfaction. Pour preuve, je suis arrivé il y a quelque deux mois et de grands noms commencent à être cités. Ce qui n’aurait pas pu se faire il y a dix ans.

Comment avez-vous accueilli le projet de construction d’un Mémorial Thomas-Sankara ?

Dans le principe, je n’y trouve aucun inconvénient. Que des Burkinabè estiment qu’il faut matérialiser le lieu où Thomas Sankara et ses camarades sont tombés le 15 octobre 1987 est une bonne chose. Mais c’est aussi une question de sensibilité. Certains souhaitent qu’on le fasse au lieu-dit, d’autres par contre souhaitent que ce soit ailleurs parce que le Conseil [de l’entente] rappelle de mauvais souvenirs. L’un dans l’autre, dans le principe, je suis fondamentalement d’accord avec le projet.

La famille a-t-elle une position par rapport à ce sujet ?

La famille ne peut qu’appuyer les bonnes initiatives des Burkinabè et s’il y a des avis et des suggestions à émettre, on le fera. Nous ne sommes pas initiateurs.

Avez-vous été consulté par les initiateurs ?

A l’heure où je vous parle, nous sommes en concertation parce qu’il est question d’harmoniser nos points de vue et de les transmettre aux responsables du Comité.

L’héritage de Sankara est défendu par des partis politiques. Avez-vous une préférence pour l’un d’eux ?

Sur cette question, chaque membre de la famille Sankara a sa sensibilité, sa vision des choses. Il y a aussi ceux qui sont apolitiques. Nous appliquons la démocratie au sein de notre famille. Moi qui vous parle, j’ai des préférences, des choix, mais je ne les impose pas aux membres de la famille.

Il y en a qui ne veulent même pas entendre parler de politique. Nous n’avons pas à nous prononcer sur telle ou telle formation politique, telle ou telle organisation de la société civile. Nous ne pouvons qu’appuyer toute initiative tendant à perpétuer la mémoire de Thomas Sankara.

Pascal Sankara

Le combat de Sankara a été porté par beaucoup de monde tant sur le plan national qu’international. Avez-vous ressenti cet engouement aux Etats-Unis ?

Nous sommes si impressionnés par ce qui se dit et se fait sur Sankara à l’extérieur (Europe, Etats-Unis, Canada) que, par moments, nous nous demandons de quel Sankara il s’agit. Je vous rappelle que tous les 15 octobre, nous avons un groupe d’amis, des Africains, des panafricanistes, qui célèbrent le 15 octobre à Washington où je réside. Les choses commencent à prendre une dimension telle que si cela continue – et c’est même la proposition de beaucoup – il va falloir créer une fondation pour fédérer toutes ces actions.

Car le 15 octobre est célébré en Europe, au Canada et aux Etats-Unis et il était question que ces organisations se retrouvent pour faire un travail d’ensemble. C’est vous dire que la renommée de Thomas Sankara a dépassé de loin les frontières de notre pays. Et cela nous réjouit beaucoup.

Pourquoi les deux enfants du président Thomas Sankara ne rentrent-ils pas au pays ?

Philippe et Auguste, les enfants de Thomas et Mariam, résident actuellement aux Etats-Unis. Nous vivons ensemble. Après leur séjour en France, ils nous ont rejoints, tonton et tantie, pour apprendre un peu l’histoire de leur pays et de leur père. Ce n’est pas seulement auprès de leur mère qu’ils apprendront l’histoire de leur pays, mais aussi auprès de nous autres qu’ils sauront ce qui s’est passé.

Je tiens à vous dire que les enfants ont été tellement meurtris dans leur âme et dans leur chair qu’ils nous posent souvent la question : « Pourquoi on parle tant de notre père ? ». Et par moments, ils sont un peu remontés contre nous les tontons et tanties. Ils nous posent cette question : « Vous qui parlez de Thomas Sankara, notre père, mais où étiez-vous le 15 octobre pour que cela arrive ? » Leur interrogation s’adresse aussi à l’ensemble du peuple burkinabè car ils ne comprennent pas. Ils veulent savoir. Il y a donc un travail de pédagogie, d’explication à faire. Et on s’y attèle.

En les écoutant, sentez-vous qu’ils expriment le désir de s’engager dans une cause politique ou associative pour continuer l’œuvre de leur père ?

Ils sont majeurs, ils sont libres. On le sait à travers certains propos, certaines questions qu’ils posent. Mais le pas à franchir n’est pas facile. Notre pays a été présenté de telle sorte qu’ils hésitent. Il faut y aller très doucement. Il y a un travail d’approche à faire.

Jusqu’à présent, votre famille a conditionné le pardon à la vérité et à la justice dans l’affaire Sankara. Est-elle toujours dans cette logique ?

L’histoire nous a toujours montré que le peuple burkinabè est très conciliant. De ce point de vue, la réconciliation est une bonne chose. Il faut que les fils et filles de ce pays s’entendent. Mais lorsque vous parcourez aussi notre histoire récente, vous vous rendez compte que beaucoup de cœurs ont été blessés. Est-ce qu’en se réconciliant seulement, on pourra refermer toutes ces blessures ou est-ce qu’il faut passer par un processus judiciaire pour qu’on sache qui a fait quoi, avec qui ?

Nous ne sommes pas méchants au Burkina. Si on me dit aujourd’hui que c’est X ou Y qui a fait ceci ou cela le 15 octobre, je serais certainement blessé – ce qui est normal – mais je crois que ça va s’arrêter là. Je ne sortirai pas avec un arsenal de guerre pour combattre la personne. Nous sommes très conciliants au Burkina et nous le détenons de nos ancêtres.

Il n’y a donc pas de crainte. On parle de justice. De grandes figures de par le monde sont passées par la justice et ont repris leur fauteuil. Mais on nous a mis dans la tête que être traduit en justice, c’est être condamné d’office, c’est de l’humiliation. Or c’est une tribune qu’on nous offre pour dire ce qu’on a fait ou pas.

Ce qui veut dire que vous tenez à ce que la vérité éclate dans l’assassinat de Thomas de Sankara…

Absolument. Je ne fais que relayer la mémoire des parents qui ne sont plus, notamment le papa qui a toujours voulu savoir ce qui est arrivé un certain 15 octobre de l’an 1987. C’est vrai qu’on a cité des noms. Mais notre papa a toujours voulu savoir ce qui s’est passé. Jusqu’à ce qu’il quitte ce bas-monde, il n’a pas eu de réponse. La préoccupation de la famille, c’est de savoir qui a fait quoi avec qui le 15 octobre.

Qui dit 15 octobre dit Blaise Compaoré. Au jour d’aujourd’hui, êtes-vous prêt à lui pardonner ? Que se dit-il dans la famille à propos de lui ?

Pour nous, Blaise Compaoré est un grand-frère, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent. Il connait peut-être mieux cette famille que nombre de Burkinabè. Blaise Compaoré a été très proche de notre famille. Aujourd’hui, la difficulté, c’est de savoir si c’est vraiment lui qui a agi ou pas. On en parle, mais la justice est le seul lieu où on pourra nous dire, à la fin d’un procès, que c’est X ou Y qui a fait ceci ou cela. Et dès lors que cela sera dit, je connais bien ma famille, nous sommes capables de dire : « Blaise est notre frère ». Mais seulement après avoir franchi cette étape dont je viens de parler.

Toujours dans le cadre du volet judiciaire, il a été procédé à l’exhumation du corps pour les besoins de l’expertise. Que vous inspire cette procédure ?
Dans le droit classique, l’exhumation pour la recherche de la vérité est une pratique normale. Mais nous sommes aussi des Africains. Lorsqu’il était question d’exhumer les restes, cela nous a posé un problème de conscience.

Sur le plan des us et coutumes, ce sont des choses que nous ne connaissons pas au Burkina. Nous voulons respecter la tradition, mais nous voulons aussi la justice classique. Qu’est-ce qu’on fait ? Je respecte le choix de ceux qui ont choisi cette voie. Seulement, je regrette que les choses trainent. On n’arrive pas à déterminer exactement si ce sont les restes des personnes dont nous parlons.

Pourtant nous avons appris que dans les exhumations faites dans d’autres pays, ils sont arrivés en peu de temps à déterminer les choses. Manque-t-il des experts ici ou ailleurs, ou manque-t-il de la bonne foi ? Je ne le sais pas. Pourquoi jusqu’à l’heure où je parle, rien n’est dit sur la question ?

Vous dites ne pas avoir de préférence par rapport aux partis politiques se réclamant du sankarisme, mais peut-on vous demander votre avis sur Me Bénéwendé Sankara qui est l’un des porte-flambeaux de ce mouvement ?

Me Bénéwendé Sankara est une personnalité que je respecte beaucoup. Je le dis parce que j’ai suivi le début de son combat politique lorsqu’il était membre du Collectif [des organisations démocratiques de masse et de partis politiques]. Nous avons vu comment l’homme s’est investi dans les dossiers Thomas Sankara, Norbert Zongo et autres. Ensuite il est passé sur le terrain politique.

A ce niveau également, je dirai que Me Sankara est l’une des personnalités qui a eu en son temps le courage de réclamer la démission de Blaise Compaoré et de s’opposer aux différentes modifications [de la Constitution]. Il a mené ce combat pratiquement seul. Je me souviens encore d’un meeting que Me Sankara a organisé à la Place de la nation quand il était nouveau chef de file de l’opposition. Il était le seul. Les gens trouvaient qu’il perdait son temps et ont boycotté.

C’est le prolongement de cette lutte qui a abouti à l’insurrection. Il faut donc reconnaître à l’homme ce mérite. C’est vrai que des choses se disent sur Me Sankara ; je n’ai aucune preuve. Je les entends comme tout le monde. Mais je reconnais que dans le combat pour le changement intervenu les 30 et 31 octobre 2014, il en a été un des plus grands artisans. Et il a été aussi un grand promoteur de l’idéal sankariste.

Et que pensez-vous du président Roch Kaboré et de son action à la tête du pays ?
Le pouvoir du président Kaboré a réalisé d’énormes progrès. Le président du Faso et son équipe sont arrivés au mauvais moment pour prendre les rênes du pays. Vous vous souviendrez qu’à leur arrivée, aussitôt a commencé ce que nous connaissons aujourd’hui, à savoir la menace sécuritaire. Sur le plan social, le gouvernement a fait de grands efforts parce qu’il était confronté à une multitude de revendications qui venaient tous azimuts de tous les côtés.

C’est du jamais vu dans l’histoire de notre pays. Voilà un régime qui est arrivé et qui doit faire face à tout cela. Moi qui suis resté longtemps hors du pays, j’ai eu le temps de tourner dans la ville, de prendre la température. Je vois quand même d’énormes progrès de la part de ce régime. Je prends un seul exemple, celui de la question vestimentaire. Le président fait honneur à notre pays. Nous qui sommes à l’extérieur, on le félicite. Il a fallu un homme comme le président Kaboré pour que tout le monde arbore le Faso dan fani avec fierté.

Valentin Sankara

Quelles sont ses relations avec la famille, étant entendu qu’il a tout de même participé au régime Compaoré. A-t-il manifesté d’une façon ou d’une autre sa solidarité avec vous ?

Tout ce que je sais, c’est que le président Kaboré est en contact permanent avec la famille. Lorsqu’il est question du dossier Thomas Sankara, il a toujours accordé des facilités pour que les choses évoluent.

Et avant son accession au pouvoir ?

Avant également, le président Kaboré est une personne bien connue dans la famille, de par nos parents qui se connaissent de longue date. Il a gardé ces liens et s’il y a un événement heureux ou malheureux, il s’arrange pour se manifester.

En tant que frère de Sankara, quel souvenir fort voulez-vous que la postérité garde de l’homme ?

Il y en a plusieurs, mais tout de suite, je vous dirai la droiture de l’homme. La droiture dans la société, dans la gestion du patrimoine national, l’exemplarité que chacun doit avoir dans son comportement de tous les jours. Ça c’est du Thomas Sankara pur. Et nous en avons fait les frais à plusieurs reprises. Il ne nous jamais fait de cadeau. Il voulait que tout le monde soit droit dans la vie et vive à la sueur de son front.

En rentrant dans la cour familiale, on voit que rien n’a changé. C’est peut-être une des valeurs qu’il vous a transmises aussi ?

Exactement. J’aurais pu faire comme beaucoup de Burkinabè. J’ai travaillé dans un service public. J’avais des relations. J’aurais pu faire des affaires et m’enrichir tout de suite. Mais c’est la force de l’homme qui a pesé et qui pèsera sur nous. (ndlr : sur la question, un autre frère de Sankara, Valentin, présent au cours de l’interview, a tenu à ajouter son grain de sel : « Ce que je vais ajouter sur la vie de l’homme… en fait, nous avons hérité cela de nos parents. Dans notre enfance, lorsque tu sortais et que tu ramenais quelque chose, le papa te demandait où tu l’avais eu. Il fallait se justifier. Thomas a gardé cette façon d’agir en lui. De sorte que chacun de nous est resté tel qu’il est. Nous avons tous travaillé dur pour subvenir à nos besoins. Moi qui vous parle, j’aime l’agriculture et l’élevage. Mais il m’a dit que je suis un Burkinabè comme les autres et qu’il ne pouvait pas m’aider. Il m’a alors dit de me débrouiller. C’est son honnêteté et son intégrité qui ont conduit au 15 octobre. Il voulait que tout Burkinabè soit honnête, que chacun travaille pour gagner son pain. Mais en son temps, des gens voulaient la facilité et les raccourcis. Comme on le dit, ils dormaient sur la même natte mais ne faisaient pas le même rêve. C’est ce qui a amené les problèmes »).

Quel message avez-vous pour conclure cet entretien ?

En guise de mot de fin, je voudrais dire merci à la presse pour avoir fait un travail incroyable. Je tiens également à féliciter les partis politiques, toutes tendances confondues. Car ce n’est pas seulement dans les partis sankaristes qu’on trouve des gens qui ont l’âme sankariste. Les organisations de la société civile et toute la jeune burkinabè ont aussi abattu un énorme travail. Cela fait honneur quand on est à l’extérieur.

Propos recueillis par Mahorou Kanazoé

lefaso.net

Related posts

Leave a Comment