Appui aux personnes vulnérables : Le diocèse de Ouagadougou lance son fonds de solidarité Alfred Diban

Dans le cadre du fonds catholique de solidarité Alfred Diban dans l’archidiocèse de Ouagadougou, créé par arrêté par le Cardinal Philippe Ouédraogo, une messe a été dite le samedi 23 janvier 2021. Cette messe visait le lancement officiel du fonds et l’envoi en mission de la commission mise en place à cet effet. Elle a été présidée par Mgr Léopold Ouédraogo, évêque auxiliaire de Ouagadougou.

L’Eglise famille du Burkina a institué un fonds de solidarité pour venir en aide aux personnes vulnérables en cas de crises ou de catastrophes diverses. Le samedi 23 janvier 2021, c’est au tour de l’archidiocèse de Ouagadougou de lancer son fonds à travers une célébration eucharistique présidée par l’évêque auxiliaire du diocèse, Mgr Léopold Médard Ouédraogo. Au cours de la messe, la commission chargée de la gestion du fonds a été installée. Selon le responsable de ladite commission, l’abbé Kouka Francis Pezingo, par ailleurs économe général du diocèse, il s’agit d’abord de tenir les lancements dans chaque diocèse pour faire comprendre aux fidèles l’importance de ce fonds.

Mgr Léopold Ouédraogo montre que dans l’évangile du jour, Jésus donne l’exemple du bon Samaritain qui veut que le prochain soit toute personne qui a besoin de notre aide.

Il souligne qu’il y a plusieurs stratégies pour la mobilisation des fonds, mais l’objectif de départ est de tenir des cérémonies de lancement dans chaque diocèse pour faire comprendre aux fidèles le bien fondé du fonds. Chaque année, poursuit-il, il y aura des messages et des communications pour montrer comment et où on peut donner sa contribution pour le fonds.

Et chaque diocèse s’organise en lien avec l’OCADES qui est l’organe chargé de la solidarité et du développement dans l’église. Au niveau diocésain ce sera également décentralisé en lien avec les OCADES des paroisses, a expliqué l’abbé Francis Pezingo, qui annonce par ailleurs que le fonds est ouvert à tout le monde sans distinction de religion. « Celui qui souffre est notre frère et a besoin de notre aide », martèle-t-il.

Vue des participants à la célébration eucharistique.

Pour Mgr Léopold Ouédraogo, ce fonds est la manifestation de la charité et de la solidarité de l’église catholique. Les situations de crises humanitaires sont devenues très récurrentes et très sévères, selon lui. Alors l’église a voulu qu’il y ait un fonds pour qu’en cas de situation difficile, elle puisse agir immédiatement au lieu d’attendre de mobiliser des ressources. Il a invité les fidèles à souscrire massivement lors de la mobilisation des ressources financières pour témoigner, dit-il, « notre amour pour le prochain ». Pour paraphraser l’apôtre Jean dans la première lecture, il déclare : « Si quelqu’un dit qu’il aime Dieu alors qu’il n’aime pas son prochain, il est un menteur. C’est pourquoi je nous invite à souscrire massivement à commencer par moi ».

L’abbé Kouka Francis Pezingo, responsable de commission.

Alfred Diban, le prototype de la charité chrétienne

Alfred Diban a été l’un des premiers chrétiens du Burkina qui a fait une rencontre merveilleuse avec le Christ, selon Mgr Léopold Ouédraogo. « Il a au cours de sa vie souffert beaucoup. Il a même échappé plusieurs fois à la mort, mais il a tenu toujours à sa foi, il a accepté continuer avec le catéchisme », poursuit l’évêque auxiliaire. Et à la fin, comme pour lui donner une récompense, le Seigneur lui a permis de s’asseoir sur le fauteuil du pape Paul VI au Vatican.

Le médiateur du Faso a pris part à la célébration eucharistique consacrée au lancement officiel du fonds.

Le pape s’est levé et l’a invité à s’asseoir sur le siège, ce qui est un signal fort pour nous, déclare Mgr Léopold Ouédraogo. Il ajoute qu’il est mort lors de la première visite du pape Jean Paul II au Burkina et qu’il y a un processus en cours qui pourrait aboutir à sa canonisation. « Tout ceci représente pour nous des signes que son témoignage est vibrant et émouvant. Le fonds de solidarité porte son nom parce qu’il a été un homme qui prend soin de tout le monde sans distinction » conclut Mgr Léopold Médard Ouédraogo.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment