Appel à témoin : Qui est « Don Giovanni le Slameur », qui appelle à des violences contre les étrangers en Côte d’Ivoire ?

En réaction à la vidéo du sieur Don Giovanni le Slameur appelant à des violences contre les étrangers en Côte d’Ivoire, le Burkinabè Moumouni Pograwa a annoncé sur son profil Facebook avoir saisi un collectif d’avocats avec constitution de partie civile contre l’auteur de la vidéo et lance un appel à témoin pour retrouver son identité réelle.

« Allez-y chez vous ! (…). Aujourd’hui, nous sommes 25 millions et la Côte d’Ivoire est devenue trop petite pour les Ivoiriens… On n’a pas besoin de vous. Vous pouvez venir faire du tourisme… ». Ces propos ont été tenus par un certain Don Giovanni le Slameur dans une vidéo de 7 minutes 44 secondes publiée sur Facebook, ce week-end. Il accuse notamment les étrangers d’exproprier les ivoiriens et de s’immiscer dans la politique ivoirienne Dans un ton un peu plus menaçant, il prévient « (…) un jour, vous allez apprendre ce qui arrive aux gens qui se mêlent un peu de tout ».

Un appel à témoin lancé

Dans une publication sur son profil Facebook, Moumouni Pograwa, président du mouvement CLM de la diaspora burkinabè annonce avoir saisi un collectif d’avocats avec constitution de partie civile contre l’auteur de la vidéo qui appelle « à des violences et au génocide contre les étrangers en Côte d’Ivoire ». Mais pour que la procédure soit enclenchée, les avocats doivent disposer du nom à l’état civil de l’auteur de la vidéo. Moumouni Pograwa a donc lancé un appel à témoin à tous ceux qui maîtrisent l’outil Facebook pour identifier celui qui se cache derrière le nom Don Giovanni le Slameur. Il a également exhorté le procureur de la république de Côte d’Ivoire à s’autosaisir de l’affaire et appelé les communautés étrangères qui souhaitent s’associer à cette action à le joindre au 05 24 10 07.

Moumouni Pograwa


La hantise des événements de Tabou

De leur côté, des leaders de la communauté burkinabè contactés en Côte d’Ivoire, dimanche soir, ont exprimé leur crainte face à la question. Pour eux, les évènements de Tabou en 1999, pendant lesquels les Burkinabè ont fait l’objet d’une chasse à l’homme dans l’extrême Sud-Ouest de la Côte-d’Ivoire, sont encore vivaces.

D’autres pensent cependant que ce sont des cas isolés qui ne sauraient être pris comme la pensée de l’Ivoirien. « En Côte d’Ivoire, on n’a pas de distinction ; on se marie entre Burkinabè et Ivoirien, on cogère des entreprises. Donc, il faut considérer cette vidéo à sa juste proportion et travailler tous ensemble à ce que le pays soit un havre de paix comme il l’a toujours été », a réagi un Burkinabè résidant à Abidjan.

Le président du Faso interpellé

Au-delà de l’indignation qu’a suscité la vidéo, l’internaute Adama Guebré, dans un post sur Facebook, a appelé les compatriotes burkinabè vivant aux Etats Unis à saisir la justice américaine car « il est inacceptable cette condescendance, d’incitations à la haine à l’assassinat et à un génocide contre un peuple » pour une personne qui vit aux États-Unis.

Le médecin Moumouni Niaoné connu sur Facebook sous le nom « Imhotep Mn » a interpellé le président du Faso à réagir le plus vite possible avant que l’irréparable ne se produise. Il a proposé que Roch Kaboré invite l’ambassadeur Ivoirien pour lui remettre une lettre pour le président Alassane Ouattara et qu’il appelle l’ambassadeur burkinabè « pour voir clair sur la situation réelle des compatriotes ». En réponse à son appel, un autre internaute dira que la voie diplomatique ne peut prospérer car les autorités burkinabè ne peuvent demander des comptes à la partie ivoirienne vu que les propos tenus n’engagent pas cette dernière et n’ont pas été tenus par un officiel ivoirien.

Qu’à cela ne tienne, les autorités burkinabè et ivoiriennes sont interpellées sur la question. Le concept de l’ivoirité a fait plus de mal que de bien aux deux pays frères et il faut étouffer le mal dans l’œuf pendant qu’il est encore tant à l’orée des élections prochaines.

Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment