Agriculture : les chenilles légionnaires refont surface dans la commune de Gaoua

Avec l’installation précoce des pluies dans la région du Sud-Ouest, quelques agriculteurs sont déjà à pied d’œuvre avec des plants de maïs en stade de montaison et de levée. Mais malheureusement ils ont constaté quelques attaques légères de chenilles depuis deux semaines. Constat fait le 29 mai 2020 à Sampoli au secteur n°7 de Gaoua et à Danhall (village situé à 11 km de Gaoua).

A Sampoli au secteur n°7 de Gaoua, Bernard Da exploite une superficie de maïs sur 8 hectares dans un bas-fond. Il dit avoir semé le 23 avril dernier et deux semaines après il a constaté des attaques de chenilles sur quelques plants de maïs. Pour minimiser les dégâts, il a aussitôt commencé le traitement. « Le champ est vaste, si je ne commence pas à traiter très tôt les dégâts seront énormes, parce que dès que le maïs pousse il est attaqué » nous confie Bernard Da.

Dans le village de Danhall à 11 km de Gaoua, se trouve l’exploitation de Sié Vokité Somé, entrepreneur agricole et producteur semencier. Sur les 30 hectares qu’il exploite, 8 sont emblavés en maïs. Dans ce champ également les plants au stade de levée sont par endroit la cible des chenilles.

Pour venir à bout de ces parasites Sié Vokité Somé prône un traitement en masse et simultanée avec les champs voisins des autres producteurs. « Les attaques dans mon champ sont par endroit et j’ai commencé à traiter avec des produits homologués. Pour le moment ce n’est pas trop inquiétant parce que mes voisins producteurs n’ont pas encore commencé, sinon si tu traites à ton niveau et tes voisins ne font pas pareillement au même moment ; ton traitement n’aura pas de sens. C’est pourquoi l’année passée on s’est organisé pour faire un traitement collectif » ajoute Sié Vokité Somé.

Pour prévenir ces attaques de chenilles, M. Somé conseille à ses collègues producteurs quelques astuces. « Il faut mélanger les semences avec les produits homologués contre les chenilles avant de les semer, parce que dès les premières repousses les parasites commencent à ronger les feuilles, et surtout opter pour un traitement collectif pour plus d’efficacité ».

Boubacar TARNAGDA

Related posts

Leave a Comment