Affaire des trois milliards qui ont refroidi les relations entre les présidents nigérien et burkinabè: D’où viennent ces milliards que le Président Issoufou réclame à Roch Christian Kaboré ?

Le temps, ce redoutable adversaire qui a fauché tant de rêves et de projets, passe inexorablement. Dans moins de deux ans, Mahamadou Issoufou fera ses adieux aux Nigériens alors que Roch Christian Kaboré s’apprête à remettre son fauteuil en jeu. Deux échéances qui inquiètent au plus haut point Mahamadou Issoufou, bien décidé à rentrer dans son droit.

L’affaire fait grand bruit au Burkina Faso voisin où elle a fait l’effet d’une bombe. Le Président Issoufou réclame, selon le journal burkinabè Le Dossier qui en a fait la Une de son édition du lundi 15 juillet 2019, une dette de trois milliards de francs CFA à son homologue Roch Christain Kaboré. Une dette que Mahamadou Issoufou, selon les informations rapportées par notre confrère, dit avoir consentie au MPP, le parti créé par les transfuges du CDP de Blaise Compaoré par le biais de son ami et conseiller, feu Salif Diallo.

Roch Christian Kaboré, que l’on ne peut que croire, a donc gentiment expliqué au Président Issoufou qu’il n’a jamais eu connaissance d’une telle affaire qui est sans doute demeurée secrète entre le défunt hommeorchestre de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 et le tout puissant Issoufou Mahamadou. En réclamant cet argent dont l’ancien ministre de…burkinabè a emporté le secret dans sa tombe, le Président Issoufou a ébruité l’existence de ces milliards qu’il aurait dû souffrir d’avoir perdus. Selon le journal Le Dossier, ce sont ces milliards mis à disposition de feu Salif Diallo par le président nigérien qui ont permis aux quatre mousquetaires burkinabè [Roch Christian Kaboré, Simon Compaoré, Salif Diallo et …] de financer l’insurrection d’octobre 2014 qui a eu raison du régime trentenaire de Blaise Compaoré.

Et si le premier est actuellement président de la République du Burkina Faso, il le doit en grande partie à cette manne financière avec laquelle des organisations de la société civile ont pu mobiliser les populations burkinabè autour du mouvement de Balai citoyen. Selon toujours le journal Affaire des trois milliards qui ont refroidi les relations entre les présidents nigérien et burkinabè D’où viennent ces milliards que le Président Issoufou réclame à Roch Christian Kaboré ? Burkinabè, le Président Issoufou ne pouvait attendre plus longtemps pour réclamer son argent. Le temps, ce redoutable adversaire qui a fauché tant de rêves et de projets, passe inexorablement.

Dans moins de deux ans, Mahamadou Issoufou fera ses adieux aux Nigériens alors que Roch Christian Kaboré s’apprête à remettre son fauteuil en jeu. Deux échéances qui inquiètent au plus haut point Mahamadou Issoufou, bien décidé à rentrer dans son droit. Selon Le Dossier, qui ne l’affirme pas formellement, mais qui fait de fortes suggestions, il s’agirait pour le président nigérien d’éviter, à tout prix, d’une part, que Roch entame sa campagne électorale, synonyme de dépenses qui compromettraient la paiement de son dû ; d’autre part, que lui-même ne soit plus en mesure de le faire pour fin de mandat présidentiel.

Si l’on ne peut dire que Mahamadou Issoufou a parlé à temps indiqué de son argent, il n’en est pas autant de la porte à laquelle il a frappé. Le Président Roch Kaboré auprès de qui il aurait réclamé les trois milliards mis à la disposition du MPP par l’intermédiaire de feu Salif Diallo n’a jamais été au courant de l’affaire conclue entre le Président Issoufou et le défunt Diallo. C’est du moins la réponse cinglante que le président burkinabè a réservée à la réclamation de son homologue nigérien. Paru le lundi 15 juillet 2019, le journal à qui l’on doit la révélation s’achète à Ouagadougou comme du petit pain. Aucun démenti du gouvernement burkinabè jusqu’au mardi, en fin de journée. Le mercredi, jour de tenue traditionnelle des réunions du gouvernement du Faso, l’opinion nationale burkinabè a guetté la moindre réaction en provenance du conseil des ministres.

Rien ! Ce qui laisse entendre que l’affaire arrange bien le président burkinabè. Du reste, des observateurs s’interrogent sur la source de la fuite de l’information publiée par le journal Le Dossier. Si ce n’est pas à Ouagadougou, la taupe doit se trouver à Niamey, sous les lambris du pouvoir, auréolé de la confiance aveugle du Président Issoufou. À Ouagadougou comme à Niamey, la question que tout le monde se pose est de savoir où est-ce que Mahamadou Issoufou a eu autant d’argent pour en prêter à un parti politique. Trois milliards de francs CFA donnés à feu Salif Diallo, visiblement sans témoin, et dans un contexte qui rappelle beaucoup de choses aux Nigériens.

Outre le fait que c’est en 2015 que l’aide alimentaire pakistanaise a été détournée et vendue au port de Cotonou, les Nigériens se souviennent des frasques d’une société dénommée Match Agitech Niger, créée par feu Salif Diallo et grâce à laquelle l’ami politique de Laboukoye Mohamed Bazoum et de Mahamadou Issoufou a capté beaucoup de milliards de francs CFA pour financer son projet de destitution de Blaise Compaoré. Pour qui sait les affaires en or que feu Salif Diallo a réalisées au Niger et les milliards engrangés par l’homme politique burkinabè avec la complicité du Président Issoufou et de Mohamed Bazoum qui en était le parrain véritable, le montant que réclamerait Mahamadou Issoufou au président burkinabè fait presque sourire.

Le tout premier marché raflé par Match Agitech Niger, quelques jours seulement après avoir été portée sur les fonts baptismaux, porte sur…pour un montant de 20 milliards. Un marché gagné par la société de Salif Diallo alors qu’elle n’était même pas alignée au départ parmi les sociétés concurrentes. D’où viennent ces milliards que Mahamadou Issoufou réclame à son homologue burkinabè ? C’est la question que se posent les Nigériens. Par pure forme puisqu’ils connaissent parfaitement la réponse.

Laboukoye

Source:  Le courrier – N° 569 du jeudi 18 juillet – Hebdomadaire d’informations générales et de réflexion nigérien

Related posts

Leave a Comment