Académie militaire Georges Namoano : 60 élèves officiers d’active prêts à monter au front

Soixante (60) élèves officiers d’active de l’Académie militaire Georges Namoano (AMGN) sont prêts à « prêter main forte aux troupes au front ». La cérémonie de sortie de cette 18e promotion s’est déroulée le samedi 3 août 2019 au camp Thomas Sankara de Pô, localité située à 145 km au Sud de Ouagadougou.

Après 106 semaines de formation, soixante (60) élèves officiers d’active de l’Académie militaire Georges Namoano (AMGN) ont reçu officiellement leurs épaulettes, le samedi 3 août 2019 au camp Thomas Sankara de Pô, en présence du chef suprême des armées, Roch Kaboré.

Composée de 42 élèves burkinabè et 18 issus de onze (11) d’autres pays africains, cette 18e promotion a été baptisée « Combativité » par le président du Faso, Roch Kaboré, qui a pris part à cette traditionnelle sortie de promotion de cette académie.

Débutée le 23 septembre 2017, cette formation militaire a pour objectif de « savoir pour commander », a indiqué Stéphane Abdoul-Kader Somé, délégué de la promotion. Et de préciser que durant les deux ans, la formation s’est déroulée dans plusieurs régions du Burkina, avec des valeurs militaires telles que l’esprit d’équipe, la volonté et la solidarité.

Désormais, ils sont prêts à servir. « Nous prêterons main forte aux troupes au front », a déclaré Stéphane Abdoul-Kader Somé, au cours de cette cérémonie de sortie de la promotion. Cette 18e promotion a une moyenne d’âge de 25 ans.

190 kilomètres parcourus à pied en 72 heures

Dans ce « lieu saint de formation militaire », les 60 stagiaires ont appris l’humilité, en plus des valeurs tactiques et collectives qu’ils ont reçues, a affirmé le commandant de l’AMGN, lieutenant-colonel Didier-Yves Bamouni. L’une des tâches effectuées que le commandant a tenu à rappeler, ce sont les 190 kilomètres parcourus à pied en 72 heures par les élèves officiers.

Fort des différentes rudes épreuves surmontées avec brio, le lieutenant-colonel Didier-Yves Bamouni a déclaré ces stagiaires aptes à devenir officiers de l’armée. Ainsi, tout en saluant leur courage, le commandant a souhaité que ces 60 officiers soient le porte-flambeau de leurs écoles.

La communication pour lutter contre le terrorisme

« Choisir d’être militaire, c’est accepter de ne plus s’appartenir », disait un célèbre auteur. Convaincu de cette assertion, le Chef d’état-major général des armées (CEMGA), le général Moïse Minougou, a souhaité une belle carrière aux élèves officiers au service de leurs différentes nations.

Au cours de cette cérémonie, le patron de l’armée burkinabè, le général Moïse Minougou, a profité pour donner lecture de la situation sécuritaire du pays, qui selon lui, nécessite une synergie d’action entre les frères d’armes du Burkina et ceux d’autres pays. Il est important de mobiliser des hommes pour une action décisive afin d’arriver à bout des terroristes, a-t-il déclaré.

Tout en réalisant que « la communication demeure un axe important pour la lutte contre le terrorisme », le CEMGA a souhaité qu’une attention particulière soit mise dans la communication.

Créée le 18 octobre 1984, l’Académie militaire Georges Namoano a formé plusieurs élèves officiers d’active du continent. Selon le général Moïse Minougou, ce nombre croissant des nationalités dans cette école est une preuve de l’excellence de ce temple de formation militaire.

Trouvez en pièce jointe le discours du Chef d’état-major général des armées (CEMGA).

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Documents joints

Related posts

Leave a Comment